Jean-Jacques Rousseau

Voici les 3 résultats

  • Du contrat social

    2.50 

    Du contrat social

    2.50 

    « Dans un monde où la souveraineté vient de Dieu, et où les peuples doivent obéissance aux princes, Jean-Jacques Rousseau publie, en 1762, une œuvre qui s’imposera comme l’un des textes majeurs de la philosophie politique moderne et participera grandement à l’impulsion du mouvement de la Révolution française.
    Il y exprime l’idée que seul le peuple est souverain et que cette souveraineté, droit imprescriptible, repose sur trois piliers : la liberté, l’égalité et la volonté générale. Mais, pour que cette souveraineté soit pleine et entière, elle ne doit poursuivre qu’un seul but : l’intérêt général, fondement d’une organisation sociale juste. Pour y parvenir, il faut donc laisser de côté l’intérêt particulier et sa liberté naturelle pour organiser au mieux la vie collective.
    Citoyenneté, lien social, liberté naturelle, liberté civile, souveraineté, autant de questions résolument contemporaines qui semblent être les constantes des peuples en quête d’eux-mêmes.
    Collaborateur de l’Encyclopédie, philosophe, romancier et musicien averti, Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) est l’un des penseurs emblématiques des Lumières. Son Contrat social nourrira la Révolution française et lui vaudra d’être condamné par le Parlement de Paris, mais surtout par Voltaire qui le détestait. Ironie du sort, les tombeaux des deux penseurs se font face au Panthéon ! »

    Quick View
  • Les confessions (tome 1)

    8.00 

    « « Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple, et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme, ce sera moi. »
    Ainsi débute la première partie des Confessions de Jean-Jacques Rousseau qui veut se livrer en toute sincérité dans un ouvrage d’un genre peu en vogue à l’époque, celui de l’autobiographie.
    On y découvre la petite enfance du philosophe, marquée par la mort de sa mère à sa naissance le 28 juin 1712, mais également sa passion des livres et de leurs auteurs, dès le plus jeune âge, son amour de la musique, son départ de Genève pour la Savoie alors qu’il n’a que seize ans, sa rencontre avec Mme de Warens, enfin, son installation à Paris.
    Publiée en 1782, après la mort de son auteur survenue le 2 juillet 1778, cette partie s’arrête en 1758.
    Collaborateur de l’Encyclopédie, philosophe, romancier et musicien averti, Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) est l’un des penseurs emblématiques des Lumières. Son Contrat social nourrira la Révolution française et lui vaudra d’être condamné par le Parlement de Paris, mais surtout par Voltaire qui le détestait. Ironie du sort, les tombeaux des deux penseurs se font face au Panthéon ! »

    Quick View
  • Les confessions (tome 2)

    « D’un ton plus grave, cette seconde partie des Confessions s’attarde sur les blessures de l’homme qui glisse vers la vieillesse. Loin des illusions de sa jeunesse, Jean-Jacques Rousseau revient sur sa vie parisienne, ses succès et les vives critiques qu’il a essuyées, ses fuites en Suisse… En effet, l’abandon de ses cinq enfants lui sera violemment reproché, notamment lors de la publication d’Émile ou De l’éducation qui, comme Du contrat social, sera condamnée par le Parlement de Paris.
    Publiée en 1789, après la mort de son auteur survenue le 2 juillet 1778, cette partie s’arrête en 1765.
    Collaborateur de l’Encyclopédie, philosophe, romancier et musicien averti, Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) est l’un des penseurs emblématiques des Lumières. Son Contrat social nourrira la Révolution française et lui vaudra d’être condamné par le Parlement de Paris, mais surtout par Voltaire qui le détestait. Ironie du sort, les tombeaux des deux penseurs se font face au Panthéon ! »

    Quick View